Elections

A mesure que les échéances électorales des élections municipales approchent, on assiste à des événements pour le moins suspects et inquiétants. Nous voulons parler de l’instrumentalisation partisane de la part des nahdhaouis et de leurs sbires et acolytes « cépéristes » et « 7arakistes », des mouvements de contestation, légitimes, du reste, qui se manifestent dans les régions pauvres et marginalisées du pays.

Ennahda (avec ses alliés) prétend soutenir ces mouvements sociaux de contestation pour des raisons électoralistes évidentes dans la perspective des prochaines elections municipales, alors que ce parti participe (et a participé) aux gouvernements successifs depuis la révolution qui n’ont fait que perpétuer un modèle économique qui maintient ces populations dans leur état de délaissement, et qui n’ont engagé aucune réforme structurelle pour en améliorer la situation ! Ce sont là des événements très sérieux qui doivent nous préoccuper. Il nous faut être très vigilant pour pouvoir contrer ce qui est en train de se tramer, car cela représente un danger imminent pour notre chère patrie.

Toutes celles et tous ceux, de toutes  obédiences démocratiques et progressistes, qui veulent s’opposer aux manœuvres, complots et manigances du parti Ennahda ; ce parti réactionnaire, rétrograde et obscurantiste, au projet malveillant et destructeur de notre modèle sociétal (Annamat al moujtama3i ) allant à l’encontre du progrès et du développement de notre pays, doivent se mobiliser dans l’union, pour agir ensemble !

En plus des raisons que nous venons de citer, il y en a une autre tres importante d’ordre pratique : Comme on sait, le 17 Décembre 2017 il y aura des élections dans 350 municipalités. Chaque parti politique devra proposer  une liste composée d’au moins une vingtaine de candidats (avec 24 ou 25 noms) par commune.  Nous disons bien 350 listes différentes dans 350 circonscriptions municipales. En faisant le compte, on constate qu’il faudra un total de 7000 à 7500 noms à proposer, parmi lesquels doivent figurer (dans chaque liste) ceux d’handicapés et de jeunes de 20 à 30 ans…

Une question toute simple se pose : lequel, parmi ces partis politiques croit encore qu’en faisant « cavalier seul » pour ces élections municipales, pourrait réunir un aussi grand nombre de candidats ; en plus d’observateurs et de contrôleurs dans chaque bureau de vote qui doivent superviser le bon déroulement des dites élections ? Aucun ! A mon sens, ni le Parti socialiste , ni le Front populaire, ni Nida tounes avec ses diverses factions, ni Afeck, ni El joumhouri, ni El massar, ni El machrou, ni l’UPL, ni le Front du salut et du progrès ne pourront, seuls, relever ce défi et rivaliser avec Ennahdha lors des  prochaines élections municipales !

Que faire ? La réponse est simple, ces partis,  au moins les véritables patriotes, les démocrates et les progressistes parmi eux,  doivent mettre de côté leurs egos pour se rassembler sous une même bannière en constituant un large front électoral qui puisse barrer la route à Ennahdha et ses alliés, et sauver ce qui reste à sauver… Il faut défendre bec et ongles la nature civile de notre État qui est menacée, ainsi que les valeurs fondatrices de notre république et notre mode de vie.

L’heure est grave, chaque tunisienne et chaque tunisien, animé de cette volonté ; tous les patriotes, modernistes, progressistes, démocrates et républicains doivent réaliser qu’il n’existe qu’une seule solution : se  RASSEMBLER et S’UNIR autour d’un projet pour la préservation des acquis et libertés démocratiques, le progrès et le développement inclusif au niveau local en offrant à ces populations laissées pour compte (surtout les jeunes) une alternative pour réaliser les promesses de la révolutionet barrer ainsi la route aux obscurantistes, lors des prochaines élections municipales !

(Houcine Hajji, Tunis)